Accueil » Pathologies & interventions » Genou » Pathologies du genou

Pathologies du genou

La mobilité et la stabilité du corps est en grande partie régie par cette articulation complexe qu’est le genou, par des mouvements répétitifs de flexion et d’extension.

Arthrose du genou

L’arthrose du genou est l’usure prématuré et progressive du cartilage de l’articulation du genou c’est-à-dire entre le fémur distal et le tibia proximal.
La rotule peut elle aussi être le siège d’arthrose.

Comme pour l’arthrose de la hanche, c’est l’inflammation causée par cette usure qui provoque la douleur.

Elle survient et augmente par le mouvement, diminue lorsque l’articulation est au repos et réapparait à l’effort.
A un stade avancé, l’articulation peut devenir douloureuse la nuit.
Cette douleur peut entraîner la limitation de la mobilité de l’articulation affectée.

Le gonflement causé par l’arthrose du genou peut être visible à l’œil nu ou décelée à la palpation de votre genou par le chirurgien lors de l’examen clinique.
Le diagnostic se confirme et se précise par des radiographies.

Il n’existe aucun traitement pour guérir l’arthrose du genou mais de multiples façons de soulager la douleur (médicaments antalgiques, infiltrations, semelles orthopédiques, rééducation), mais pas de moyen fiable pour ralentir son évolution.
La chirurgie offre une dernière alternative par la pose de prothèse totale de genou.

Lésions méniscales

Les lésions des ménisques du genou peuvent être liées à un traumatisme (lésion méniscale traumatique) ou à l’usure (lésion méniscale dégénérative).

Les lésions méniscales se traduisent le plus souvent par des douleurs, parfois accompagnées d’un gonflement de l’articulation qui peut être visible ou palpé lors de l’examen clinique.
Dans les cas d’importantes lésions méniscales, l’articulation peut rester bloquée en flexion, il est alors urgent de consulter afin de poser le diagnostic et d’entreprendre un traitement.

Un interrogatoire détaillé et un examen clinique permettent à votre chirurgien de poser un diagnostic qu’une IRM vient confirmer et préciser.

Les patients présentant des lésions méniscales sans retentissement douloureux ni gênant peuvent s’abstenir de traitement.

Mais lorsque les lésions méniscales sont douloureuses, invalidantes, gênantes pendant l’effort, un traitement chirurgical pour réparer ou retirer le ménisque pathologique sous arthroscopie peut être proposé. 

Les lésions méniscales traumatiques, quant à elles, sont très souvent chirurgicales. Une suture méniscale sous arthroscopie répare la déchirure récente du ménisque.

Elles peuvent quelques fois s’accompagner d’une rupture du ligament croisé antérieur qu’il convient de réparer dans le même temps par une ligamentoplastie sous arthroscopie également. 

Rupture du ligament croisé antérieur

Il s’agit d’une déchirure partielle ou complète du ligament situé dans la partie centrale du genou qui s’étend de l’extrémité basse du fémur à l’extrémité haute du tibia.

Après le traumatisme, les symptômes sont multiples :
Une très forte douleur s’accompagne d’un gonflement du genou et de difficultés à la marche. Des craquements et des blocages, des sensations de débordement  peuvent aussi être ressentis.

A distance du traumatisme, le genou peut retrouver un aspect normal, ne plus être douloureux et la marche être normale. Mais la perte de fonction du ligament croisé antérieur peut entrainer des accidents d’instabilité avec un genou ne tenant plus lors de certains efforts. Lorsqu’ils sont répétés, ces accidents d’instabilité exposent à des lésions méniscales ou à une usure précoce du cartilage du genou.

Un interrogatoire détaillé et un examen clinique permettent à votre chirurgien de poser un diagnostic qu’une IRM vient confirmer et préciser.

L’IRM permettra de vérifier l’état des ménisques après ce traumatismes. Dans certains cas une ou des lésions méniscales peuvent être associées. 

Votre chirurgien intervient par une ligamentoplastie sous arthroscopie avec, systématiquement, exploration des ménisques et d’un traitement si nécessaire.

Fracture du plateau tibial

Fracture de la partie supérieure du tibia, provoquée par compression ou torsion inhabituelle du genou lors d’un traumatisme, le plus souvent d’importante énergie.

La douleur ressentie est intense et peut s’accompagner d’un œdème, d’un hématome et d’une déformation.
La marche est impossible.
Devant l’importance des symptômes et notamment de la douleur, le patient consulte dans la majorité des cas aux urgences au décours immédiat du traumatisme.

Le Docteur Dayan, grâce à un interrogatoire et un examen clinique de l’articulation, évalue la gravité du traumatisme et pose un diagnostic qu’il précise et confirme par des radiographies et un scanner.

Dans les cas les moins graves, le traitement consiste en un port d’une attelle ou d’un de plâtre sur toute la jambe quand la fracture n’est pas déplacée
Les cas échéants, votre chirurgien pratique une ostéosynthèse de la fracture.

Fracture de la rotule

Les fractures de rotules surviennent après un traumatisme direct sur l’avant du genou.

La douleur ressentie est intense et peut s’accompagner d’un œdème, d’un hématome et d’une déformation.
Tendre la jambe et marcher est alors impossible.
Devant l’importance des symptômes et notamment de la douleur, le patient consulte dans la majorité des cas aux urgences au décours immédiat du traumatisme.

Le Docteur Dayan, grâce à un interrogatoire et un examen clinique de l’articulation, évalue la gravité du traumatisme et pose un diagnostic qu’il précise et confirme par des radiographies.

Dans les cas les moins graves, le traitement consiste en un port d’une attelle sur toute la jambe quand la fracture n’est pas déplacée.
Les cas échéants, votre chirurgien pratique une ostéosynthèse de la fracture.

Rupture du tendon quadricipital
Rupture du tendon rotulien

Les ruptures tendineuses du genou (tendon rotulien ou tendon quadricipital) surviennent lors d’un traumatisme du genou plié à son maximum. L’intensité du traumatisme est très variable.

La douleur ressentie est parfois modérée parfois intense et peut s’accompagner d’un œdème, d’un hématome. Tendre la jambe et marcher est alors complétement impossible.

Devant l’importance des symptômes et notamment de la gêne entrainée par l’incapacité de tendre volontairement la jambe, le patient consulte dans la majorité des cas aux urgences au décours immédiat du traumatisme.

Grâce à un interrogatoire et à un examen clinique de l’articulation, le Docteur Dayan évalue la gravité du traumatisme et pose un diagnostic qu’il précise et confirme par des radiographies, une échographie ou une IRM.

Compte tenu de l’impotence entrainée par cette rupture tendineuse votre chirurgien pratique une réparation tendineuse sous arthroscopie selon le type de rupture et la localisation.

felis neque. commodo ut ut id risus. elit.